LIEUX D'ENERGIES

01-02-15

Chapelle en Agenais 47

DSC_6918DSC00815DSC_6357                                                            

                                             Qui n'a jamais été saisi par l'immense beauté de nos chapelles! Qui n'a jamais regardé vers l'infini et a abandonné ses communes mesures pour revivre une page d'histoire! C'est oser s'aventurer au delà des certitudes, c'est aussi l'aptitude à nous interroger sur notre passé et sur ceux qui ont su à travers des formes trouver l'acte de géométrie pour bâtir et laisser des traces d'un savoir faire. Bien des hommes, bien des femmes , bien des enfants ont embrassé la foi à travers de cruels épisodes de guerres, d'épidémies et de sacrifices face à la réalité de cette page d'hitoire.

                                             A travers les décennies, il y en a un autre qui a traversé de nombreuse péripéties celui de nos édifices religieux. Les traces de leur passé s'est arrêté et s'est figé pour nous permettre à chacun de retrouver et de renouer avec cette histoire lointaine. Si l'on est en droit d'avoir une vision strictement romantique du patrimoine, on peut aussi envisager de prêter à ce dernier des vertus pédagogiques pour nous aider à aiguiser notre jugement sur la civilisation moderne. Une lecture attentive des présentations proposées, qu'elle soit poêtique, scientifique, selon les goûts et les besoins de chacun, ne peut que vous guider dans vos choix futurs. 

DSC_7516DSC_7402DSC_5907

 

                         Essayer de comprendre ce patrimoine, c'est déjà tenter de démêler un écheveau où interviennent tant de paramétres qu'il est difficile de cerner lesquels des facteurs, naturels et humains ont la primeur pour expliquez cette exeptionnelle variété d'expressions. C'est bien de plusieurs dizaines de types d'églises que nous allons présenter afin d'entrer dans le monde de la géobiologie pour accéder dans le détail de ces architectures afin de comprendre  le savoir de nos anciens constructeurs.

                        Toutes belles, toutes étonnantes, elles nous donnent toutes envie de s'arrêter pour mieux les connaître, et surtout de pouvoir approcher le mystère de leur singularité. De cette diversité, nous ne tiendrons compte que des grands traits, ceux qui parlent d'évidences, des formes, de proportions, de symboles, des réseaux et bien sur des matériaux.

DSC_7356DSC_7382DSC_7406

                        Notre  approche pour les chapelles romanes n'est pas le fait du hasard. L'invisible dont personne ne parle, les mystères, les légendes ne font qu'éveiller nos sens.Fondé, ou infondé nous allons à travers la géobiologie essayer de donner un sens, ou plustôt nous allons soulever un savoir ancêstrale resté au fond d'un tiroir qui appartenait à la liturgie.

DSC_7375DSC_7389DSC_7376 

           Au 21 eme siècle, à travers toute notre évolution avons nous oublié que la technologie est un produit de la terre! Ce produit là est de l'énergie puisque il est issu de la terre. Alors pourquoi ne pas vouloir mieux regarder, mieux comprendre ce phénomène qui a appartenu durant des siècles à des générations qui ont su à travers leurs constructions nous laisser leur savoir sur la captation des énergies.

 


Accueil, bienvenu sur notre blog

  imagesCAN5ZZFC  sans-titre  imagesCAQCWFTL

                                  Notre monde électromagnétique, celui dans lequel nous vivons. Ce monde de l'invisible, celui dont personne n'ose parler, est un facteur d'interaction avec le vivant, qu'il soit animal,végétal ou humain, et il va nous conduire dans l'avènement de la géobiologie à travers notre page d'histoire.  Eglises romanes lieux d'énergies

                                 Partout où que nous soyons sur notre planète, nous sommes sous l'influence permanente de deux énergies desquelles nul, ne peut se soustraire. L'espèce humaine est donc, de nature électromagnètique naturelle.L'énergie tellurique, celle qui provient de la terre, et l'énergie cosmique celle qui vient de l'espace. Depuis tous les temps, dans toutes les civilisations, l 'homme  de par son intuition, de par ces ressentis se trouve  "relié entre la terre et le ciel ", ils savaient parfaitement laisser parler leurs émotions, choses que nous avons complétement perdu à cause de notre société évolutive, où nous ne savons plus nous situer par rapport  à nous même. La conscience celle qui nous relie, celle que nous unifie, s'oppose au mental, qui lui à l'inverse, va séparer et diviser. Bien sûr au sens large des choses, j'aurai envie de dire que la différence entre conscience et  mental peut paraitre subjectif. Par définition notre mental ne cesse de nous guider, de nous orienter vers l'extérieur de nous même, et que la conscience nous guide, et nous oriente vers l'intérieur de nous même. Cette conscience là nous donne la paix et la sensation d'élévation spirituelle.   

                                 Les civilisations lointaines, à travers leurs cultures commençaient par voir l'esprit des choses puisque ils ont vénéré toutes sortes de dieux, un lieu,un arbre, une pierre, ....etc....Cette approche était un moyen de rentrer en contact avec les grandes énergies, et de pouvoir  vénérer les grandes forces de la nature celles de notre Terre-Mère et notre Soleil-Père. Depuis la nuit des temps l'homme s'est toujours positionner dans l'espace en fonction du soleil et sur un point bien précis celui des énergies géomagnétiques. L'homme d'autrefois était il doté d'un sixième sens?  

                                 Druides,Celtes, Templiers, ont tous  marqué la conscience humaine, à travers des savoirs qui ont laissé leurs marques à une certaines classes, celles des initiés. A travers ce temps passé, qui peut paraître au premier regard inintelligible, nous venions d'hériter d'un savoir, celui du choix des lieux, où nos bâtisseurs ont implanté nos monuments, nos chapelles. 

                                Bien sur nous n'avons aucune prétention de pouvoir expliquer en quelques lignes le contenu sacré qui a appartenu au monde des bâtisseurs, mais nous voulons juste apporter une meilleur compréhension  dans la visite de notre petit patrimoine., celui de nos chapelles.   

 

Jardin clos

                    Ce n'est qu'avec la règle de Saint Benoit, qu'apparaîtront les mots "Ora et Labora", prie et travaille, et c'est ainsi qu'à la fin du VI eme siècle, les jardins des monastères seront créés. Les jardins de monastères avaient plusieurs fonctions:

  • L'Hortus, le jardin potager
  • L'Herbularius, le jardin des simples, plantes médicinales
  • Le Viridarium, le verger
  • Le Bouquetier, le jardin des fleurs

Jardin clos, jardin du cloître:

      Sans titre

 

        D'inspiration monastique, ces jardins étaient conçus dans leur forme, possédant un espace bien défini et ordonné. Discret et secret, aux lignes épurées, ils étaient le miroir d'un microcosme pour que l'âme monastique puisse se retirer dans la méditation afin d'échapper aux souillures du monde extérieur.

 

        Le premier référent pour la création d'un jardin est l'eau, élément central du jardin autour duquel, des tracés vont associer des figures géométriques, droites, rectangles, carrés, cercles, toutes ces formes composées animent l'ensemble du jardin et constituent les éléments de base au recueillement spirituel L'eau; la pureté, le cercle, le monde céleste, la création, le carré, le monde matériel, le monde terrestre. 

Jardin Cathédrale St Etienne de Cahors Jardin église Notre Dame de Marmande   

Le plan qui combine le carré, est découpé par des allées perpendiculaires entre elles laissent apparaître la croix

 Jardin Clos

  

 

 

 

 

  

Posté par VILLECHENAUD à 08:33 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,

La Lune et nos édifices religieux

                   La lune tourne autour de la Terre en décrivant une ellipse dont le foyer est au centre du globe terrestre, au cours de son parcours, elle se rapproche de la Terre pendant quelques jours, à une distance d'environ trois cent soixante mille kilomètres, on dit qu'elle est à son périgée. Puis elle s'en éloigne peu à peu, pour arriver quatorze jours plus tard à une distance maximale de quatre cent neuf mil kilomètres, on dit alors que la lune est à l'apogée. Entre deux passages successifs, s'écoule 27.55 jours.

                  Les noeuds lunaires sont des instants pendant lesquels la trajectoire de la lune traverse le plan écliptique, ce phénomène ne dure que quelques heures et s'observe deux fois par mois. Quand la lune est ascendante, on parle de noeud ascendant et inversement quand la lune est descendante on parle de noeud descendant.

Noeuds lunaires

                     Premier quartier, pleine lune, dernier quartier et nouvelle lune vont former un cycle, la lunaison. La lunaison, est le nom que l'on donne au cycle que forme conjointement le soleil et la lune douze à treize fois dans une année. La lune tourne autour de la terre, et le couple terre, lune tourne autour du soleil. Les positions de ces trois astres sont donc souvent différents mais se retrouvent cycliquement dans les mêmes configurations.   

                     Pendant des siècles les phases lunaires ou lunaisons furent le seul calendrier, il était l'échelle naturelle du temps.

 

cycle lunaire

                     Toute la durée du cycle nouveau voit alors  succéder les différentes phases de lunaison:

  • Premier croissant: Âge moyen, entre douze et vingt heures, c'est la plus petite partie observable du limbe lunaire éclairé. Entre ce premier croissant et le premier quartier, on observe la lumière cendrée qui correspond à la faible et douce lumière réfléchie par la partie éclairée de la lune.
  • Premier quartier (quadrature): Au septième jour, la partie Ouest de la lune est éclairée, cela correspond à la moitié du disque lunaire. La lune est visible en première partie de la nuit.
  • Pleine lune (opposition): Au quinzième jour la totalité du disque lunaire est illuminé. A partir de cet instant, on dit que la lune décroît.
  • Dernier quartier (quadrature): Au vingt troisième jour, la partie Est de la lune est éclairée, cela correspond à la moitié du disque lunaire. La lune est visible en deuxième partie de la nuit.
  • Nouvelle lune (conjonction): La fin du cycle moyen aura duré 29 jours, 12 heures et 3 secondes

                     Quand la lune se trouve entre la terre et le soleil, sa face éclairée n'est pas visible de la terre, c'est ce que l'on appelle la nouvelle lune qui est représentée par un disque noir. Puis en tournant autour de la terre, la lune va laisser apparaître un croissant lumineux qui va augmenter petit à petit jusqu'à devenir lumineux plein, c'est la pleine lune.

                     Lorsque l'on observe la lune dans l'hémisphère Nord, quand on peut dessiner soit un "p", soit un "d" avec une barre imaginaire on dit que:

  • La lune est croissante quand la barre est située à gauche, elle représente un p
  • La lune est décroissante quand la barre est située à droite, elle  représente un d

Lune montante descendante

                    Les anciens voyaient la lune formant un couple avec le soleil, elle a joué un rôle important dans toutes les mythologies, ces cycles souvent en relation avec l'idée de la fécondation, mythes ancestraux, à la lune rousse rien ne pousse, mais encore, la lune lave plus blanc, la relation de la femme et de la lune, et dans les expressions, être dans la lune, être lunatique. N'est elle pas un astre mystérieux!

Couleur des lunes traditionnelles

                     N'oublions pas que la lune a défini les dates de constructions de nos édifices religieux:

  • La lune est associée au temps, elle est le rétroviseur du soleil, elle est le symbole des apparences.
  • Le soleil est associé à l'espace.

                     Durant le moyen Âge, la lune occupait parmi les astres une relation privilégiée car c'est d'après ses cycles  que l'on mesurait  le temps et déterminait les principales lois de la nature, naissance, croissance et mort. La lune gouverne tous les cycles naturels liés à l'eau, de la pluie aux marées, de la gestation à l'accouchement. Elle est le second des grands luminaires elle incarne le principe féminin qui anime l'univers. Elle préside à l'humeur flegmatique, physiologique et émotive. N'oublions pas que la lune lors de sa phase ascendante, va tirer toutes les énergies pour atteindre son trop plein énergétique le jour de la pleine lune, et inversement ces mêmes énergies décroîtront en lune descendante. La lune qui n'est que le rétroviseur du soleil n'est elle pas là pour nous montrer notre chemin et pour nous rappeler notre état, celui du moment, pour suivre le chemin de la transformation. On comprend mieux pourquoi les constructeurs, ceux de nos chapelles on choisit de placer la zone baptistaire dans la partie lunaire de l'église, partie froide, sombre et humide, mais avant tout elle est là pour nous montrer le chemin de la transformation et d'appartenance pour accéder à la connaissance du divin, la maison de dieu, le baptême est la pour nous conduire à l'élan et l'éveil spirituel donc signe de changement d'état.

                      Elle est associée au métal argent de par sa couleur et se trouve en relation avec l'organe l'utérus. Le jour de la semaine que l'on lui attribue est le lundi. Mais encore, en fonction de sa couleur, de sa brillance et de sa position, ces différents états étaient considérés comme des signes prémonitoires, elle apparaît, disparaît et se représente sous différentes formes. La lune est depuis toujours considérée comme à l'origine de nombreux phénomènes psychiques comme par exemples la folie hystérique et lunatique.        

Peinture Chapelle Saint Cristophe Montferrand-du-Périgord

Posté par VILLECHENAUD à 08:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

27-01-15

Allées funéraires Le Bosc Tournon d'Agenais

                            Vestige de nos lointains ancêtres, bien qu'incomplet cet ensemble funéraire, nécropole mégalithique, nommé "Les Tombeaux Dels Géants" était probablement le reflet d'une communauté installée à proximité. Les structures montrent que les orientations architecturales sont variables d'un monument à l'autre, l'accès étant caractérisé par un axe, mais encore par une direction, l'entrée s'opposant à la chambre. La question de l'orientation solaire et celle du phénomène astronomique liés au soleil levant reste posée, car les comparaisons des orientations selon le système cardinal montrent des différences caractérisés sans aucunes prédominances. Bien sûr, on ne peut construire une théorie à partir de deux ou trois exemples.

    

Vue d'ensembles 2

  Plan d'ensemble des monuments

Monument 1: Il est d'une longueur de 6.80m sur une largeur comprise entre 0.60m et 1.20m. Il est situé sur un axe Nord/Ouest, Sud/Est, composé d' ortosthates plantées de champ, cinq pour le côté gauche et trois pour le côté droit. Ces pierres composant les montants latéraux sont en calcaire. On devine les restes d'un tumulus érodé par les millénaires. 

Plan Allées funéraires monument 1 réseau Bosc Tournon d'Agenais

Légende plan monument 1:

  • Bleu veine d'eau
  • Violet cheminée cosmo-tellurique
  • Jaune réseau solaire

DSC_0495

Monument 1

Monument 2: D'une longueur de 6.50m et d'une largeur d'environ 0.80m. Cette allée est pratiquement orientée au soleil levant sur un axe Est/ouest. Le monument est posé sur un tumulus fortement érodé.Il est constitué d'un chevet, le montant gauche est composé de cinq dalles dressées, le droit, lui, est constitué de deux dalles dont une de champ, et l'autre est à terre. 

Plan Allée funéraire monument 2 réseau le Bosc Tournon d'AgenaisLégende plan monument 2:

  • Bleu veine d'eau
  • Violet cheminée cosmo-tellurique

DSC_0517 DSC_0519 DSC_0525

Monument 2

Monument 3: Monument fortement délabré, ce mégalithe mesure 3.70m sur 0.80m. Il est lui-même sur un semblant de tumulus, suivant un axe Nord/est, Sud/Ouest. 

Plan Allée funéraire monument 3 réseau le Bosc Tournon d'AgenaisLégende plan monument 3:

  • Bleu veine d'eau

DSC_0558  DSC_0552

Monument 3

.

 

 

 



26-01-15

Cromlech Reaup Lisse 47170

Cromlech Reaup Lisse cours quadrilataire

                                     

Légende: Le plan représente les réseaux aquifères (veine d'eau) ainsi que les réseaux géomagnétiques (réseau solaire) en fonction du quadrilatère solsticial (orange) par rapport au lieu et lever du soleil . On constate que le quadrilatère est orienté dans une direction précise Est/Ouest, donc à l'équinox. Ces directions sont généralement en rapport avec le soleil ou avec la lune.  En noir, les pierres plantées de chant entourant cette tombe circulaire de type tumulus (âge de fer) dont la stucture s'est effacée au fil des millénaires. On peut remarquer que les neufs pierres s'inscrivent dans le quadrilatère du lieu. En marron une cheminée cosmo-tellurique (rond de la sorcière)  marque le sol faisant fuir la végétion.

                                     En suivant les perceptions et connaissances ancestrales il apparait comme une évidence que les réseaux sont à l'origine de véritables flux d'énergies. Les courants sont invisibles dans l'état ordinaire de conscience, mais on peut les percevoir dans des états de conscience élargie. Les sensations corporelles peuvent se manifester par une approche "radiesthésique"

Représentation cromlech Reaup Lisse

                                                                 " Las naou pèyros" vers 1813

                               Cette nature, riche de sa propre vie aux détails inépuisables, désignant tour à tour un semblant de chemin, au loin, un bouquet d'arbres, aux diversités d'essences variées, pins, chênes lièges, sont probablement les restes d'un peuplement ancien de ce lieu. 

DSC_9262

                                     En approchant le lieu, il tend à écraser le temps en l'absorbant, pour laisser découvrir une forme ronde, monde imaginaire qu'il constitue en déployant sa perspective sur un axe imaginaire pour nous laisser découvrir un cercle de pierres, les neuf pierres. Ce lieu sans attrait apparent, isolé devient un lieu mystérieux où il abrite ses secrets sur le monde extérieur. Végétation fuyante, des arbres repoussés vers l'extérieur de son centre, comme une appropriation de cet espace, le vide pour nouer une étrange relation avec ce cercle à l'apparence d'un lien nourricier, signe d'une attention de la nature, "le rond de la sorcière".

DSC_9255

                                    La nature de par ces éléments du lieu semble amplifier la dynamique provoquée par sa forme ronde, mais n'est-il pas là pour représenter et faire ressentir un rapport émotionnel "la limite opposée à l'existence". Cette entité, marque l'espace de l'empreinte d'une présence cachée mais localisable. 

DSC_9260   DSC_9257

                                    Ce lieu de la nature est une véritable redécouverte, alors que l'ignorance populaire l'attribue au diable et à l'enfer, il est, pourtant le dissimulant de notre monde. Né de l'instauration d'une culture, passant d'un état visible à l'invisible, cet envers secret du monde est le reflet d'une veine d'eau qui traverse le rond de la sorcière, dans cette action elle est comme un miroir, qui permet de traverser le monde des apparences matériels pour laisser place à un lieu caché tout en ayant une signification de la mort et du temps qui s'écoule.

 Histoires et légendes (extraits bulletin de la société Préhistorique Française)

                                    Le cercle de pierres des Naous Peyros est certainement celui sur lequel le plus d'histoires et de légendes ont couru. Selon une tradition orale, le lieu était parfois nommé "Les Pierres de Diable". L'endroit aurait, en effet attiré les sorcières aux moments des sabbats, ces messes sataniques célébrées aux solstices d'été et d'hiver.  Une autre histoire fantastique prétendait que les pierres recelaient un trésor gardé par un gigantesque serpent ...etc

                                    Une derniere histoire mêlait pour sa part les deux précédentes. Au centre du monument reposait un trésor accessible seulement deux fois par an, lors des sabbats, à l'aube. La mort frappait, soi-disant, les curieux en quête de richesse en dehors de ce laps de temps. Or au XVIII siècle, à en croire les gens du pays, un berger de Sos-en-Albret courut le risque. Au milieu de la nuit, ce dernier attendit, camouflé sous un chêne tout proche du lieu "diabolique", la fin de la cérémonie. Pour son grand malheur, les sorcières, lui ingurgitèrent une infâme mixture et l'épuisèrent d'exploits amoureux. Le lendemain, on découvrit son corps, sans vie, portant des traits d'un vieillard.  

25-01-15

Arbre sacré chêne Tombeboeuf 47380

         IMG_8376  

        IMG_8370

Au cours de mes promenades de chapelles en menhirs, par mont et par vaux, à côté du lieu-dit   Barrail sur la commune de Tombeboeuf 47380, sur le coteau à votre droite se situe un chêne, seul, posé, majestueux à la frondaison imposante. Vous ne pouvez passer sur cette petite route sans vous arrêtez un instant.

                    L'arbre, lui, est perçu comme le représentant de la forêt. Depuis les temps les plus anciens, l'arbre a été un symbole de force, de pouvoir, de sagesse, de fertilité et de vie. Chaque espèce d'arbre possède sa propre forme distinctive et sa manière personnelle de produire ses fleurs, de porter ses fruits, de répandre ses graines, en réponse aux conditions selon lesquelles il se développe.

 

                   L'arbre possède son propre champ énergétique, donc voici les principaux ressentis au moment de s'en approcher, suivant son état de conscience du moment. Un végétal est doté d'une conscience.

  • On oscille entre  peur et  confiance
  • On oscille entre  doute et assurance
  • On oscille entre détente et agressivité

                    Approchez vous de celui-ci, essayez de sortir de vos certitudes de la vie quotidienne en donnant à votre mental un autre espace. Vous allez recevoir des questionnements les plus divers. Qu'il est énorme cet arbre, qu'il est beau ce chêne.....etc. Dès qu'une pensée apparaitra, dites vous qu'elle vous coupe de l'échange entre vous et l'arbre. Même si vous croyez que c'est une bonne pensée, alors, laissez là s'éloigner. Une autre apparaîtra jusqu' à ce que vos pensées s'effeuillent pour laisser un état d'abandon entre vous et l'arbre. Il risque de vous révèler un état  bouleversant propre à votre histoire.

Se régénérer dans la nature: Sous l'influence du rayonnement cosmique, rendu positif en traversant l'atmosphère, les électrons et les ions négatifs sortant du sol s'élèvent à sa rencontre. Les électrons empruntent alors les formes verticales conductrices pour monter. Les électrons montent par la sève humide des arbres jusqu'à leur cime. Un sommet au centre d'une étendue plane sera le point de convergence des électrons provenant des étendues environnantes.

DSC_8318

 

                 C'est sur ces sommets pointus, au plus haut de sa frondaison que se rejoignent une amorce électrique montante et une amorce électrique descendante lorsque il y a surcharge d'électrons à la base des nuages. Un canal conducteur étant créé, à travers l'air isolant, les électrons montés retourne en vrac au sol à travers la foudre.  

    

DSC_8323   DSC_8321   DSC_8325

                                                                 Chêne Tombeboeuf

                           Les arbres captent le rayonnement cosmique à l'aide de leur frondaison et le rayonnement tellurique par leur système racinaire et les canalisent dans leur tronc. En choisissant un bel arbre adulte, bien droit et en bonne santé, nous pouvons nous revitaliser en plaquant notre colonne vertébrale contre le tronc de l'arbre. Par induction, notre corps récupérera une part de l'énergie cosmo-tellurique drainée par l'arbre.

Dossier technique chêne Tombeboeuf: 

  • Age 350 ans
  • Rayon frondaison ...............................17.80 m
  • Diamètre frondaison ...........................35.60 m 
  • Circonférence frondaison..................111.78 m
  • Surface frondaison............................994.87 m2
  • Circonférence tronc...............................4.95 m 

                                   

DSC_8328 dimensions

Légende:

  • bleu veine d'eau
  • jaune réseau sacré
  • rouge champ électrique
  • gris champ magnétique
  • orange champ thermique

                 Cet arbre est placé sur un réseau sacré (en jaune sur la photo) connu également sous le nom de grand diagonal. Tout comme le monde animal et humain, le réseau sacré renforce la vitalité et les défenses des végétaux qui  poussent dessus. Il est aussi traversé par une veine d'eau ( en bleu sur le photo).

Chêne Tombeboeuf l'été

Chêne Tombeboeuf l'automne

Chêne Tombeboeuf l'automne

Chêne Tombeboeuf l'hivers

Chêne Tombeboeuf l'hivers

IMG_8347

 

 

IMG_8375

 

 

07-01-15

Calvaires, croix de chemin

                                  Elles sont là, dressées comme pour nous rappeler quelque chose, témoin d'un passé qui a façonné notre religion chrétienne, elles marquent nos chemins. Symbole ancien, symbole protecteur guidant le voyageur, symbole du recueillement où la foi chrétienne était signifiée par de nombreuses croix jalonnant nos chemins, nos villages et nos cimetières.

DSC_6937         

                                                          Croix Sainte Eulalie Cauzac 47470 

                              Elles montraient l'avancé du christianisme. Elles étaient aussi le lien du chemin du dernier voyage celui de la mort.            

 DSC_6984                                  

                                                         Croix chapelle Saint Julien Couyssel 82150

 Etude calvaire Saint Amans Saint Sardos

DSC_7005

                                                           Calvaire Saint Amans Saint Sardos 47360

 

IMG_4022  IMG_4024  IMG_4025    IMG_4027 compressée  IMG_4026

IMG_4028

 

 

Calvaire Saint Amant

Figure 1

Implantation du Calvaire Saint Amans selon la liturgie: 

Figure 1: Elle représente le sous-sol aquifère (eau) et les réseaux géomagnétiques (champ magnétique). En voici la légende:

  • Bleu veine d'eau
  • Vert réseau Hartmann  
  • Rose réseau Curry
  • Jaune réseau solaire
  • Marron courant tellurique                             

Calvaire vient du latin "calvarius. Le calvaire représente Jésus en croix. C'est le lieu de prière. Quelquefois implantés pour marquer des événements marquants comme les grandes pestes ou les guerres.

Calvaire tayonnement

Figure 2

 

 

 

   

Croix Lieu dit Rouet Saint Aubin 47150    Croix Dordogne 24    Croix Lamothe Fey 47 

      lieu dit Rouet Saint Aubin 47150                  croix dordogne 24                         Lamothe Fey 47300

                                             Croix les bordier Laroque 47

                                                                Les Bordiers Laroque Timbaut 47340

 

Croix route de Saint Vite     Croix Cazideroque 47

             Croix route de Saint Avit 47350                                                   Croix Cazideroque 47370

 

Massoules   Route de Massoules

DSC_8990

   Croix église Saint Laurent 47410

 

DSC_9311     DSC_0222  DSC_0221

 

DSC_0225   IMG_3951

Croix de chemin Auradou               Croix Sainte Agathe Dolmayrac

 

 

15-12-14

Eglise de Mourrens Sainte Colombe en Bruilhois 47310

                           Portail roman du XII ème siècle, modeste, il est avant tout la rigueur qui caractérise ce style sobre et austère. Ce portail, de plein cintre se compose d'une triple voussure, les colonnes supportant quatre chapiteaux ou les sculptures s'épanouissent dans une iconographie mêlant le monde de l'imaginaire et de la pédagogie. Le point n'est-il pas l'étincelle de le forme, l'idée du projet sur lequel le constructeur a développé ce tout pour laisser un décor qui mêle une ambiance qui passe par le mystère originel! S'il est le représentant du lien entre la "Terre et le Royaume céleste", leur propre science de l'époque, savait associer nature et symbole pour traduire et élever le monde invisible.   

DSC_9586  DSC_9587  DSC_9588      

1     (modillon haut gauche)          2    (chapiteau côté gauche)            3   (chapiteau côté gauche)         

 DSC_9589  DSC_9590  DSC_9591

1     (modillon haut droit)                  2    (chapiteau côté droit)              3   (chapiteau côté droit)

                           Des liens invisibles traversent le point pour orienter de façon pensée le portail, ils sont ceux des levers et des couchers solaires, ceux qui marquent de leurs empreintes, ceux qui changent d'états. De ce point comme toutes les constructions sacrées, il fallait associer une horizontalité, comme pour séparer le plan matière et divin ainsi qu'une verticalité pour son élévation, lumière et ténèbres. Afin de contenir ces axes sans limites, le sculpteur a contenu l'ensemble des droites dans un cercle, de là vient de naître l'intention, l'expression de la forme et des proportions qui va être disposée et rythmée pour lui donner une dimension cosmique.  

                                                                                           Porche roman dessin de base quadrilatère                                                                                Schéma 1

Référentiel schéma 1:

  • L'orientation spatiale par rapport aux points cardinaux terrestre, elle s'articule sur l'axe Est/Ouest marqué par les levers et les couchers du soleil.
  • L'orientation temporelle par rapport aux points cardinaux célestes, elle s'articule sur l'axe de rotation Nord/Sud.
  • Confondre le monde visible avec le monde invisible.

                           Réduite à sa plus simple expression, la géométrie de ce portail est la représentation même du monde vibratoire utilisant l'espace en fonction du soleil et de la lune. Astres de vie, ceux qui rythment la nature, de la naissance (Est), en passant par l'apogée (Sud) pour à son retour retirer ses dons, la mort (Ouest). Assimilés aux astres, matières et formes sont là pour atteindre une architecture vibratoire pour toucher l'irrationnel et marquer l'essence de la pensée pour transcender les fidèles. 

                           Nous pouvons ainsi, assimiler les éléments qui composent une colonne à celle d'un végétal, un arbre est doté de son système racinaire tel que la colonne possède une base, celle qui de par sa surface va augmenter sa prise pour puiser les énergies telluriques, le tronc, représente la verticalité, l'élément conducteur celui qui canalise est associé au fût, la frondaison de l'arbre, celle qui est le lien entre terre et ciel permettant l'échange cosmo-tellurique, elle même ré-émettrice des afflux d'énergies à qui traversera le portail.

                           Les éléments d'un tout, colonnes et modillons sont distribués, ordonnés dans un espace matière (orange) par laquelle le mystère essentiel de la création est rendu visible, il est aussi le passage d'un état pour manifester la création. Si l'imaginaire guide le ciseau du sculpteur, la raison d'être de l'homme est de transformer son incarnation involuée en un corps lumière, représentant des états successifs, d'évolution, de transformation et de mutation. Le décor végétal, lui, s'épanouit pour s'articuler sur des lignes, il souligne les corbeilles des chapiteaux, il court sur les tailloirs.

                            Deux figurines animales, monstreuses, situées à chaque extrémité de la voussure,  accompagnent de leur regard malveillant et attentif le fidèle dans sa progression vers le salut, en lui rappelant que les puissances du Mal régnent en Maître en dehors du royaume de Dieu.  

Référentiels schéma 2:

  • Rose, le point symbolise l'esprit, tout part du point.
  • Noir axes points cardinaux, croix d'orientation.
  • Rouge, représentation des quatre dimensions de l'univers.
  • Violet, le cercle symbole créateur, il est l'esprit
  • Vert, du mariage du cercle et de la croix, naît l'esprit de la forme.
  • Orange, il est la représentation parfaite de la matière, la terre. 

 

Porche roman géométrie

                                                                                       Schéma 2

Descriptif chapiteau gauche 1 (le parlant): Deux têtes , l'une animale, semblant regarder vers le bas, l'autre humaine regardant devant elle, toutes deux positionnées de chaque côté d'une feuille d'acanthe aux nervures resserrées et à l'extrémité de sa limbe repliée sur elle-même. Sur cette feuille est posée sur son dessus deux spirales.  

Descriptif chapiteau gauche 2 (le parlant): Animaux fantastiques, liés, épaule contre épaule, front contre front regardant chacun dans une direction. Au-dessus de leurs têtes l'expression de deux spirales semble les lier en les tenant. Au-dessus du tailloir, la représentation d'une tête animale tenant dans sa gueule des liens en forme de spirale.

Descriptif chapiteau droit 4 (le parlant): Bouquet de feuilles d'acanthe, l'extrémité de leurs limbes sont repliées sur elles-mêmes. Au  dessus de la feuille centrale sont posées deux spirales. Dans les angles, des feuilles semblent pousser les entrelacs situés juste au-dessus.

Descriptif chapiteau droit 5 (le parlant): Un animal fantastique, juste au-dessus de sa croupe une tête animale semble sortir de sa bouche un lien comme pour l'attacher. A son côté un humain semblant tirer ou  tenir une personne. C'est trois représentations sont toutes unies par une spirale au dessus de leur tête. Au dessus du tailloir, la représentation d'une tête animale tenant dans sa gueule des liens en forme de spirale.

                                                                                          

          DSC_9582                                   DSC_9585                                                                                                                                                                                                                                                                                  

Saint Patron: Saint Martin. 

05-12-14

Dolmen Prayssac 46220

 Dolmen des Trois Pierres

DSC_8406DSC_8459DSC_8457

                      Ces pierres brutes, battues par la pluie et les millénaires portent en elles toutes les vieilles croyances populaires associant l'origine des mégalithes au monde de l'invisible et du sacré. Beaucoup de mystères entourent encore ces lieux, pierres de guérison, pierres d'énergie, pierres de légendes et pour certains pierres du diable. Ces hommes voulaient-ils en choisissant cet espace, montrer la force de la pensée religieuse à travers la forme et la matière pour éveiller l'idée d'une maison de pierre, le temple de l'au-delà!

Dolmen Des Trois Peyres

DSC_8383DSC_8384 

                 Ces monuments aux formes lourdes et simples, une grande dalle de pierre (table) reposant sur deux ou plusieurs pierres verticales ( les orthostates) sont là comme pour défier et affronter un combat, celui des forces naturelles. Les pierres proviennent d'affleurement rocheux prélevées non loin, Le Chaos. Cette pierre qui change de couleur et de texture en signe d'appartenance, de pouvoir afin qu'elle puisse étendre une influence, une prise de pouvoir, auprès de ceux qui vénéraient les manifestions naturelles " Les Pierres".

Dolmen La Bertrandoune

DSC_8401 

                      On voit que ces pierres sont bien différentes de celles qui jonchent le sol du Causse, et qu'elles vont nous révéler un fonctionnement propre aux énergies, celui des connaissances du tellurisme. "Le chaos" est formé de blocs granitiques, ces grès ont leurs origines dans la cimentation des altérites sableuses par précipitation et cristallisation de la silice véhiculée par des circulations paléodrologiques. La pierre est par essence un amplificateur tellurique.

 

Le Chaos 

DSC_8398DSC_8393DSC_8394

                      Ce lieu est le résultat d'une alchimie complexe de la nature, mais aussi d'une configuration tellurique particulièrement favorable en relation avec l'homme.Ce lieu d'énergie, sacré de par son passé, de par son histoire et de ses rites ont ancrés la terre et le ciel pour y laisser une certaine pérennité. A vous de ressentir ces pierres, à vous de trouver l'âme du lieu. 

Figurations simplifiées des phénomènes telluriques rencontrés  

 

Dolmen Les Trois Pierres réseaux

                                                                                                                  Figure 1

 

Dolmen La Bertrandoune réseaux

 

                                                                                                                    Figure 2

 

Dolmen des Trois Peyres réseaux

 

                                                                                                                   Figure 3

                    Si le choix de la pierre était important, l'importance de l'implantation du monument faisait appel à certaines règles, celles de leur savoir des réseaux telluriques..

La figure 1-2-3: Elles représentent le sous-sol aquifère et les réseaux géomagnétiques. En voici la légende:

  • Bleu veine d'eau
  • Jaune réseau solaire
  • Vert réseau Hartmann

 

29-11-14

Chapelle du jugement dernier Brantôme 24310

  DSC_0064

                      Tout est là pour imprégner le site de mystère, en se glissant dans les méandres de la roche fraîche, le site dévoile ses secrets, rivalisant entre beauté et mystère. Les hommes ont façonné tout un monde pour laisser leur empreinte, ils ont écrit les premières pages d'une histoire dont subsiste les vestiges dissimulés sous un relief naturel.

 

Jugement dernier

  

Photo représention du jugement dernier

                        Pénétrer le lieu, symbole des entrailles de notre Mère -Terre, symbole de la création, là où les premiers hommes ont souvent trouvé refuge, ils recevaient tout de la terre c'était un don de la nature, mais à l'inverse ils voyaient en elle une toute puissance cachée à travers la violence des éléments, et le mystère de la mort qui finissait toujours par s'imposer à tous. Ces cavités rocheuses ont continué à jouer un rôle dans la pratique des croyances anciennes, et c'est par l'appropriation du lieu et la sanctification de cet espace naturel, que les premiers chrétiens s'abritèrent des persécutions.

                       C'est en pénétrant ce lieu, que nous cherchons la vérité des hommes de l'époque, leurs secrets qui étaient le fondement élémentaire pour établir celle qui allait devenir une chapelle. Deux fresques, l'une la scène du jugement dernier, une grande parabole nous renvoyant à la symbolique, nous livrant ses dires, pour cristalliser les peurs qui étaient une source de nourriture intellectuelle. Situer dans la partie lunaire, nord, les ténèbres pour nous rappeler que Saint Michel juge les mérites ou les immérites des âmes qui se présentent à la porte du ciel.

Descriptif photo jugement dernier:

                    1  Porte qui mène au jugement dernier.

                    2  Accueil des âmes.

                    3  Ange annonçant le jugement dernier par les trompettes pour réveiller les morts.

                    4  Ange annonçant le jugement dernier par les trompettes pour réveiller les morts.

                    5  Tombeau, d'ou sortent des têtes en attente du jugement.

                    6  Balance à plateaux pour peser les âmes.

                    7  Tête humaine, coiffée d'un chaudron contenant de l'eau bouillante.

                    8  Diable, remuant, dans  son écuelle d'eau bouillante, les âmes immérites.

                    9  Âmes, après jugement, marquées d'un symbole le cercle représentant le paradis.

                  10  Ange, dirigeant les âmes, soit en enfer, soit au paradis.

                  11  ..................................................................................................................................

                  12  ..................................................................................................................................

                  13   Représentation de Saint Pierre détenant les clés du paradis

                  14  Trous des pigeonniers

                        Les trous dans les hauts de murs sont des pigeonniers. Cet élevage était un monopole de la noblesse du clergé pour les propriétaires terriens. Le droit coutumier attribuait un trou de boulin pour un demi hectare de terre et ceci pour limiter le nombre d'oiseaux afin qu'ils ne soient pas en cause lors de famine en allant se nourrir dans les récoltes.                 

                         La deuxième sculpture, représente la Passion du Christ, au pied de la Croix se trouvent les Maries et Saint Jean que Jésus aimait, ils veillent sur lui et l'assistent dans son martyr et dernier souffle. Orientée vers le soleil levant symbole de la résurrection et de la victoire de la lumière de Dieu qui éclaire le monde.Crucification

Photo  représentant la crucifixion de Jésus

Descriptif photo crucifixion de Jésus:

                           1.  Jésus crucifié sur la croix

                           2.  Marie Madeleine au pied de la croix

                           3.  Jean l'Evangéliste disciple aimé de Jésus

                           4.  La vierge Marie

                           5.  Marie de Cléophas, tante de Jésus et "soeur spirituelle de Marie"

                           6. Marie Salomé de Zebedie et mère de Jacques le Majeur et de Jean l' évangéliste

                           7. Représentation de Jérusalem

Symbolique:

                           Au pied de la croix, la Vierge Marie, représente l'amour maternel, Saint Jean l'amour fraternel et Marie Madeleine l'amour

Photos divers

DSC_0070 DSC_0071 DSC_0072 DSC_0073 DSC_0074 DSC_0075  

DSC_0046 DSC_0044 DSC_0081 DSC_0098

 

 

02-09-14

Peintures murales au Moyen Âge


                        La paroi naturelle pour ne pas dire la pierre à l'état brut fût l'un des premiers supports que nos artistes, ancêtres de la préhistoire utilisaient durant des millénaires " l'art pariétal". Sous l'antiquité l'art de la peinture se developpe, l'artiste applique la couleur sur un enduit à la chaux (A FRESCO qui vient du terme Italien dans le frais). Cette technique consiste à peindre sur un enduit encore frais, il va se dérouler en cinq étapes.   

TECHNIQUE PEINTURE A FRESCO

 

Dessin 1

                       1) L'artiste va appliquer à la truelle et taloche un enduit (L'ARRICO) composé de chaux et de sable contenant une légère granulation afin de gommer toutes les imperfections du support.

Dessin 2

                       2) Sur l'arrico le peintre va préciser les grandes lignes préparatoires à son oeuvre avec du charbon de bois ou de l'ocre contenu dans la terre afin de laisser apparaître son esquisse.

Dessin 3

                       3) Puis l'artiste va appliquer une terre rouge (SINOPIA) qui est contenue dans la terre sur son esquisse qui disparaîtra sous l'enduit final pour en laisser deviner la généralité de son dessin.

                       4) Le peintre crée ensuite les différentes couleurs à partir de différents pigments contenus dans les plantes et les différentes terres. Le contenu étant broyé ils seront mélangés avec de l'eau (LE LIANT) qui laissera apparaître la couleur définitive. Une fois la peinture réalisée une seconde fine couche (L'INTONACO) est appliquée laissant apparaître par transparence l'oeuvre.  

TECHNIQUE PEINTURE A LA DETREMPE

                        La peinture à la détrempe utilise une technique simple et rapide contenue dans trois applications laissant à l'artiste le temps de composer son oeuvre.

                        1) L'artiste va appliquer à la truelle et la taloche un enduit (L'ARRICO) sur le support.

                        2) Il va appliquer ((L'INTONACO) sur la surface de sa future peinture.

                        3)Puis l'artiste exécute son oeuvre, sachant que sa couleur ne peut plus pénétrer dans le mortier de chaux et de sable (L'ARRICO) 

  

 

DSC_9073
DSC_9074
DSC_9075
IMG_4314
IMG_4315
IMG_4316
IMG_4317
IMG_4008 compressée
IMG_4009 compressée
IMG_4010 compressée
IMG_4017 compressée
IMG_4018 compressée

 

 

 

 

 

 

 

 

IMG_4312
DSC_9072
DSC_9073
DSC_9075

 

 

 

 

 

 

 

 

                             Au XV ème siècle, les murs foisonnent d'images, cette période perpétue et concrétise les peurs du Moyen-âge. Confronté à la crise religieuse, aux guerres et aux épidémies, l'art devient le reflet des maux du temps, par lui des générations entières exorcisent leurs peurs.  Enfers, Cavalcades des vices, Tentations.........Les murs des plus humbles sanctuaires sont ainsi sacralisés par les peintures offertes à la méditation du pauvre "Représentation du monde imaginaire". Sans cesse est ainsi rappelé la lutte éternelle du Bien et du Mal.

                            C'est le Concile de Trente qui tente de rénover le Mal totalement désacralisé, l'église ordonne le badigeonnage des peintures murales et le remplacement de cette iconographie périmée. A ce changement profond, on doit sa protection sous badigeon de ces peintures.  

La peinture monochrome médiévale dite "La Grisaille"

IMG_5428 IMG_5429 IMG_5430  IMG_5432

                          Cette technique servait à faire croire que les personnages ainsi représentés étaient sculptés dans la pierre. Elle était utilisée pour décorer certain volet de retable, ou choeur de chapelle, les gens du Moyen Âge ne s'approchait que très peu de l'autel ou du choeur, l'illusion était crée. L'artiste utilise des tons blancs, gris, noirs qu'il applique soit de façon couvrante ou diluée sur un fond ocre ainsi celui-ci transparait et donne aux nuances de gris une coloration différente.

31-08-14

Gnomon

Gnomon

                 Plusieurs milliers d'années avant notre ère l'homme avait compris le rythme solaire, celui des saisons, des années, ainsi que l'alternance des jours et des nuits. Les premières orientations des constructions architecturales aussi simples qu'elles soient, menhirs, dolmens, chapelles, églises reposent sur les mêmes considérations, l'ombre du soleil ou de la lune à un instant donné du lieu.  

                 Gnomon               

                          Le gnomon est l'un des premiers instruments scientifiques de l'histoire de l'humanité qui cumule les fonctions, celui du temps, mais aussi qui a la faculté de déterminer les grandes périodes de l'année solaire. Il suffit de mesurer au cours de l'année la longueur de l'ombre lorsque le soleil est au méridien.

  • Quand l'ombre est minimale, c'est le solstice d'été
  • Quand l'ombre est maximale, c'est le solstice d'hivers

                         C'est ainsi, que de tous temps, l'homme a toujours voulu mesurer le temps, la mort est associée aux ténèbres et la vie à la lumière.

 

Lever solaire 0

           Les constructions des édifices sacrés, selon les maîtres d'oeuvres se faisaient selon les principes d'orientations rigoureux. Selon la position du soleil, heure après heure, jour après jour, saison après saison, l'ombre portée par le bâton varie en intensité et en longueur en fonction du soleil.

  • Ils plantaient un mât, qui symbolisait l'axe vertical
  • A partir du bâton qui était le centre ils traçaient un cercle
  • Au lever et au coucher du soleil, le mât projette une ombre qui coupe le cercle en deux points. Ces deux points déterminent un axe orienté Est/Ouest appelé "décamanus"
  • Lorsque le soleil est à son zénith, l'ombre du mât dessine un deuxième axe sur le sol, orienté Nord/Sud appelé "cardo"

           De ce fait la lumière du jour est comparée au déroulement de la vie, la nuit en revanche marque le passage par les ténèbres. Une fois après avoir repéré sur le cercle le lever solstice d'été et son coucher, ainsi que le lever solstice d'hivers et son coucher, il ne reste plus qu'à relier ces points pour en tracer un rectangle.

  • Ils venaient d'inscrire un rectangle dans le cercle. Cette figure, ce rectangle s'appelle le quadrilatère solsticial.
  • Toutes architectures sacrées se ramènent au quadrilatère. La fondation de l'édifice commence par son orientation.
  • Elle doit être un lien entre le monde visible et invisible.

 

Carré quadrilataire A

 

Posté par VILLECHENAUD à 21:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

La croix du bûcheron

            L'arbre, symbole de force, de pouvoir, de sagesse, il y a des arbres, qui de par leur forme, leur port, leur qualité, leur défaut, leur blessure laissent apparaître, comme tout être, une conscience, une histoire. A chacun sa vie, il sera lui-même tributaire de ses rencontres, il aura ses propres rythmes, ses propres mouvements. Il peut avoir une croissance lente ou rapide, il peut avoir subi les rigueurs climatiques, chaud ou froid, avoir un tronc droit ou tordu, dur ou tendre, il restera celui dont le bûcheron devra déchiffrer son histoire, entre subtilité, conscience et savoir.

            Si au Moyen Âge, on mesurait la surface d'un bois de chênes en fonction du nombre de porcs qu'elle pouvait nourrir " la glandée", pour les dates d'abattages d'arbres ils utilisaient les sagesses populaires, les on dit, les croyances, les fêtes religieuses, qui étaient des repères temporels en fonction des cycles lunaires, le chêne pour noël, le bouleau entre deux.....etc. Le bois était luné en période de lune descendante, de plus on lui attribuait un sens noble ayant un rapport avec la matière bois, solidité, puissance et longévité. Pour l'abattage des arbres, pour en prendre les mesures ils utilisaient la croix de bûcheron.   

            Conception d'une croix de bûcheron:

croix de bûcheron 3

 

            Estimation d'une hauteur d'arbre à l'aide de la croix de bûcheron:

  • Se placer face à l' arbre à estimer, à une distance approximative de sa hauteur.
  • Faire coïncider sur une même ligne, le pied de l'arbre avec le bas du bâton et l'oeil
  • Faire coïncider sur une même ligne, le haut de l'arbre avec le haut du bâton et l'oeil
  • Lorsque les deux extrémités de l'arbre correspondent bien aux extrémités du bâton, mesurer la distance entre vous et l'arbre. Soit BC sur le schéma

Croix du bûcheron arbre 2

 

Conclusion:

  • La hauteur de l'arbre AB est égale à la distance BC

Posté par VILLECHENAUD à 21:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

La coudée, la canne......etc, unités de mesures des constructeurs

imagesN4YHH89M  images3SAEU18B  sans-titre

           Les hommes ont d'abord mesuré avec leur corps. Toutes les civilisations ont utilisé des unités en rapport avec la morphologie humaine. Jusqu'au XVIII ème siècle il existait en France aucun système de mesure unifié.  Au Moyen Âge, les maîtres constructeurs utilisaient une canne pour mesurer les longueurs. Les unités de mesures pour les longueurs étaient choisies en relation avec les dimensions du corps humain, la paume, la palme, l'empan, le pied et la coudée.

           La ligne: La plus petite unité utilisé par les compagnons bâtisseurs était la ligne. Une ligne correspondait sensiblement au diamètre d'un grain d'orge, soit environ 2.25 millimètres. En multipliant la ligne par 555, les constructeurs obtenaient une unité appelée l'emjambée, d'une longueur de 125 centimètres. Cette longueur était ensuite divisée en 5 unités différentes, reliées entre elles par la valeur du nombre d'or 1.618 ce qui permettait de retrouver les valeurs.

          La canne ou la pige: des maîtres d'oeuvre, fut l'instrument de mesure privilégié des bâtisseur d'églises. Cet outil associé à la règle et au compas, permettait d'obtenir pratiquement toutes les tracés géométriques et harmonique. La canne des bâtisseurs équivaut à 555 lignes et une ligne vaut en moyenne 2.25 millimètres ou en ajoutant la paume, la palme, l'empan, le pied et la coudée équivaut à environ 1.25m selon les régions. Ces mesures ont un facteur commun, la ligne.

  • 1 paume     =  34 lignes
  • 1 palme      =  55 lignes
  • 1 empan     =  89 lignes
  • 1 pied         = 144 lignes
  • 1 coudée    = 233 lignes

          Le pied: Le pied servit longtemps de base pour déterminer d'autres mesures de longueurs. Le pied utilisé par les bâtisseurs équivalaient à 32 cm environ. Cette valeur correspond à la longueur de l'empan 20 cm, multiplié par le nombre d'or 20x1.618 = 32.36

Main titrée

         Cette suite de mesure s'appelle la Quine et fonctionne ainsi, chaque mesure est la somme des deux précédentes:

  • 1 paume    +     1 palme      =      1 empan
  • 1 palme     +     1 empan     =      1 pied     
  • 1 empan    +     1 pied         =      1 coudée 

          En utilisant la coudée du lieu à la place du mètre pour construire un édifice, on crée une dynamique et une harmonie entre l'énergie propre  au lieu (en lien avec la latitude autrement dit la course du soleil) et celle de l'homme par l'intermédiare du bâti qui devient un interface énergétique.

Citation: Le Corbusier 

          Le malheur du présent, c'est que les mesures sont partout tombées dans l'arbitraire et dans l'abstraction, elle devrait être chair, c'est une expression palpitante de notre univers à nous, l'univers des hommes qui est le seul concevable dans notre entendement.

           

Posté par VILLECHENAUD à 21:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,