LIEUX D'ENERGIES

22-01-19

Cimetières, Croix, tombes, .......

Cimetière, cœmeterium, lieu saint destiné à enterrer les corps des fidèles morts dans le sein de l'église catholique. Ce mot vient du grec et veut dire dortoir ; je dors, parce que dans les principes de la religion, les fidèles défunts ne sont pas proprement morts, ils dorment en attendant la résurrection générale

IMG_1919

Sous l’empire de Charlemagne pour rompre tout à fait avec la coutume païenne de la crémation des dépouilles, il est prescrit de donner une sépulture aux défunts. Ceci en référence aussi au jugement dernier et à la résurrection des morts, réduits en cendres cela ne convenait pas. Mais avec cette idée que plus on est proche de Dieu, plus on est sous sa protection, cela amène à choisir de se faire inhumer dans, et autour de l’église. Pourtant, déjà plusieurs capitulaires de Charlemagne interdisaient les inhumations dans les églises sauf celle des évêques, des abbés et des prêtres. Les interdits sont réitérés jusqu’à la fin du IXe siècle, Mais sans grand effet. L'usage d'enterrer dans l'église s'introduisit aussi insensiblement : on n'y enterra d'abord que les personnes distinguées par leur sainteté, puis les ecclésiastiques, ensuite les hommes constitués en dignités; enfin, depuis plus de huit cents ans, on y enterre les laïques indifféremment.
Juridiquement, les tombes étaient de deux sortes : celles des fondateurs d'églises et de chapelles leur appartenaient en toute propriété ainsi qu'à leurs descendants ou successeurs; par ailleurs, des portions du sous-sol d'une église pouvaient être concédées sans limitation de durée à des familles ou à des corps organisés. Enfin le clergé pouvait autoriser la simple inhumation dans le sol de l'église, sans qu'elle s'accompagne d'une concession.

IMG_5129

Pour les chrétiens, la croix, en raison de la condamnation et de la mort de Jésus est symbole du mystère pascal et signe de salut pour l'humanité. Elle révèle l'amour infini de Dieu dans le don salvafique du Christ mort et ressuscité. Elle nous rappelle notre baptême par lequel nous devenons enfants de Dieu.  Une grande croix au centre du cimetière donne  l'espace, le symbole d'un lieu dominé par la spiritualité chrétienne. Le cimetière lieu de paix et de sérénité par laquelle la mort est avant tout l'événement  scellé de l'itinéraire de tout homme.

 Mais elle est encore bien plus, elle concentre un endroit de repos éternel pour constituer une mémoire collective, un passage dans l'aù- delà. Elle est la destinée humaine, un symbole ascensionnel, les âmes s'élevent vers Dieu.

                                                       

IMG_5137

 

Tombes funéraires, toutes surmontées d'une croix, ouvrages destinés à perpétuer le souvenir et à matérialiser l'emplacement. Le symbolisme chrétien investi les objets, tombes, croix,peintures, La croix découpe, ordonne et mesure les espaces sacrés des cimetières et églises. 

Au détour de certains lieux, des formes pensées se créent,entités,esprits au plus classique du sens du terme désignent des ressentis, des visions, des apparitions étranges qui peuvent se manifester en ces lieux.

  

DSC_0234

Loi d’inhumation

Jusqu'au  XVIII ème siècle, on avait le droit d'enterrer des morts dans l'église. Le roi Louis XVI interdira cette pratique le 10 mars 1776 pour des raisons de « salubrité de l'air » Il était très fréquent d'enterrer les morts dans l'église et dans les registres on trouvait : «enterré dans l'église», «dans les tombeaux de ses ancêtres», «dans les tombeaux de la fabrique». On devait même payer un droit pour avoir droit à un tombeau dans l'église c'était souvent les nobles, ou les personnes qui faisaient des dons à l'église qui avait des tombeaux dans l'église... on trouve encore des vieilles tombes dans des églises... en latin généralement à même le sol...

De chapelles, en cimetières nous avons rencontrés de belles restaurations, de belles mises en valeur de ces lieux qui ont tant à nous raconter, à nous enseigner. Mais hélas, aussi parfois des choix plus hasardeux, douteux, peut-être dus à l'ignorance d'un édile, l'égo d'une famille ou à une concession acquise à perpétuité par un ancêtre, par exemple une pierre tombale ou un caveau flambant neuf à côté d'une tombe abandonnée à la croix moussue et envahie par le lierre.

Pouquoi, ne pas réserver un carré disons "VIP" pour les adeptes du flambant neuf bien policé et laisser dormir pour l'éternité nos tombes oubliées qui outre être abandonnées sont écrasées par ces "buildings " ?

Ces tombes avec leurs croix font partie de notre patrimoine au même titre que la chapelle, ou le château du lieu, nous leur devons un devoir de mémoire, de respect à ces oubliées des cimetières . 

 

 

Posté par Lieuxdenergies à 10:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,


21-01-19

Architecture solaire


                     L'architecture solaire orientée, nous invite à mettre en lumière notre inconscient pour nous libérer de ce que nous sommes. Elle devient une lumière mesurée, jeu d'ombre et de lumière, elle provoque des charges émotionnelles.

                                     

                                                       IMG_7722

                      L'architecture solaire informationnelle donne la connaissance au- delà de la vie matérielle. Le chapiteau dans son essence est une information, une vibration porteuse d'informations.

                                                   IMG_3843

 

                                                   

                    Passeur de lumière, le vitrail est la frontière entre la matière et la lumière. Dans sa dimension immatérielle  et son caractère changeant il a le pouvoir de transformer la lumière du soleil en paroles de lumière.

 

                                                     IMG_7305

                 L'homme encore proche de la nature s'identifie à lui, le soleil en tant que support physique anime, il transforme, il rythme le temps. Composante magique il est l'objet de la représentation.  

                                                   

 

17-01-19

La Cloche...Temporelle, Spirituelle, Spatiale

 

Toutes les chapelles ou églises que nous avons rencontrées lors de nos périgrinations par monts et par vaux possédaient une ou plusieurs cloches suspendues à leur clocher .

IMG_7977

TEMPORELLE : 

La cloche rythme la vie des hommes, elle le situe dans le temps à l'époque où ils travaillaient dans les champs aux alentours, elles retentissaient 3 fois par jour matin 6h00, midi, et soir 18H00 c'était l'Angélus illustré fin du XIX ème siècle par le fameux tableau de Jean-François MILLET 

Elle avertit d'un danger comme lors d'une crue de dame  Garonne, ou sonne le glas, le tocsin ... 

SPIRITUELLE :

La cloche,née de l'alchimie complexe de la terre et du feu , objet sacré de par son baptême, sa dédicace,ses mentions et décorations gravées sur son corps en forme de coupe renversée (cloche), appelle au rassemblement, à la prière avec cette fonction sacrée.en Chine, le ciel est appelé " la Cloche " c'est une coupole, une voûte circulaire 

la cloche reflet des coupoles des églises romanes souvent peintes comme une voûte céleste de couleur bleu avec des milliers d'étoiles

la cloche semble nous prendre sous sa coupe, nous protéger, nous materner, symbole féminin de ventre maternel pour nous permettre de maturer nous développer et grandir dans la spiritualité. 

Elle accompagne et marque différents moments de l'office comme lors de la  communion, elle signale à ceux qui ne seraient pas présents ou au loin dans leurs champs ou maisons cet instant précis de la messe  

lors d'un baptême, d'un mariage ou pour Noël ou Pâques elle sonne  à la volée, elle est alors joyeuse,gaie 

SPATIALE :  

la cloche par les ondes sonores qu'elle émet, emplit, purifie, sacralise l'air et l'espace ...

 

Comme à Oradour sur Glane, la cloche mutilée et fondue s'est tue à jamais ... le village aussi. 

IMG_5033

 

Posté par Lieuxdenergies à 12:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

15-01-19

Le Coq d'Eglise ou " cochet "

 Qui n'a pas rencontré , perché au sommet du clocher de l'église en guise de girouette parfois, un coq. Le clocher est un symbole ascensionnel, il nous indique l'élévation de notre âme, de notre spiritualité . Le coq au sommet est là pour nous protéger, il guette, il nous indique les heures de la nuit par son chant et annonce l'approche du jour .Il rappelle aussi le reniement de Saint-Pierre selon la prédication de Jésus " Avant que le coq ne chante deux fois, tu m'auras rénié trois fois "  (sans doute à minuit et trois heures du matin ), il est donc un attribut de Saint Pierre comme les clefs.

girouette

il est associé à la Résurrection du Christ, à la vigilance chrétienne et au prédicateur . Saint-Pierre était un prédicateur " Tu es Pierre et sur cette pierre je bâtirais mon église ". le coq réveille les croyants et les invite à la prière ...Dans les monastères, autrefois, il ne se célèbrait que deux offices le "Gallinicum " ( heure du coq ) au petit matin et le "Lucernarium " ( heure de la lampe) au soir.  Jadis, les compagnons bâtisseurs sacrifiaient des coqs  pour exorciser leurs constructions. Sa couleur avait une grande importancce car elle correspondait à l'un des trois chants que le gallinacé fait résonner dans la nuit avant l'aube... 

  • le premier coq était de couleur noire car son chant retentit dans la nuit profonde et noire 
  • le deuxième coq doit être rouge, de couleur écarlate, il représente l'aurore, le combat des ténèbres et de la lumière
  • le troisième coq est blanc, signifiant la victoire de la lumière sur les ténèbres. 

C'est le plus jeune apprenti compagnon qui grimpe au sommet du clocher pour placer le "cochet ", girouette en forme de coq, une sorte de rite initiatique pour le jeune apprenti.

Le coq est aussi un animal fabuleux et de légende, il a donné naissance aux chimères et autres monstres à l'aspect composite, comme le Basilic, animal fabuleux rencontré sur des chapiteaux d'églises romanes ( voir album photo  abbayes de la Sauve Majeure 33 ) ayant l'apparence d'un coq à queue de serpent ou de dragon et  aux ailes de coq. Pour le voir naître, il faut qu'un coq âgé de sept ans ponde un oeuf, le dépose dans un tas de fumier et le fasse couver par un crapaud. La bête qui en sort mi-coq, mi-reptile est redoutable: son regard ou son souffle suffit à tuer quiconque l'approche ou croise son regard . Seule astuce pour le vaincre, lui présenter un miroir et son image en reflet le terrasse. 

Le Cocatrix, autre animal fabuleux qui possèderait une tête de coq, des ailes de chauves-souris et un corps de serpent .

L'Hippolectryon de l'Antiquité Grecque, possède l'avant d'un cheval et l'arrière du coq. 

  

Posté par Lieuxdenergies à 11:36 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

23-10-18

La Lune et nos édifices religieux

                   La lune tourne autour de la Terre en décrivant une ellipse dont le foyer est au centre du globe terrestre, au cours de son parcours, elle se rapproche de la Terre pendant quelques jours, à une distance d'environ trois cent soixante mille kilomètres, on dit qu'elle est à son périgée. Puis elle s'en éloigne peu à peu, pour arriver quatorze jours plus tard à une distance maximale de quatre cent neuf mil kilomètres, on dit alors que la lune est à l'apogée. Entre deux passages successifs, s'écoule 27.55 jours.

IMG_4924

                  Les noeuds lunaires sont des instants pendant lesquels la trajectoire de la lune traverse le plan écliptique, ce phénomène ne dure que quelques heures et s'observe deux fois par mois. Quand la lune est ascendante, on parle de noeud ascendant et inversement quand la lune est descendante on parle de noeud descendant.

Noeuds lunaires

                     Premier quartier, pleine lune, dernier quartier et nouvelle lune vont former un cycle, la lunaison. La lunaison, est le nom que l'on donne au cycle que forme conjointement le soleil et la lune douze à treize fois dans une année. La lune tourne autour de la terre, et le couple terre, lune tourne autour du soleil. Les positions de ces trois astres sont donc souvent différents mais se retrouvent cycliquement dans les mêmes configurations.   

                     Pendant des siècles les phases lunaires ou lunaisons furent le seul calendrier, il était l'échelle naturelle du temps.

 

cycle lunaire

                     Toute la durée du cycle nouveau voit alors  succéder les différentes phases de lunaison:

  • Premier croissant: Âge moyen, entre douze et vingt heures, c'est la plus petite partie observable du limbe lunaire éclairé. Entre ce premier croissant et le premier quartier, on observe la lumière cendrée qui correspond à la faible et douce lumière réfléchie par la partie éclairée de la lune.
  • Premier quartier (quadrature): Au septième jour, la partie Ouest de la lune est éclairée, cela correspond à la moitié du disque lunaire. La lune est visible en première partie de la nuit.
  • Pleine lune (opposition): Au quinzième jour la totalité du disque lunaire est illuminé. A partir de cet instant, on dit que la lune décroît.
  • Dernier quartier (quadrature): Au vingt troisième jour, la partie Est de la lune est éclairée, cela correspond à la moitié du disque lunaire. La lune est visible en deuxième partie de la nuit.
  • Nouvelle lune (conjonction): La fin du cycle moyen aura duré 29 jours, 12 heures et 3 secondes

                     Quand la lune se trouve entre la terre et le soleil, sa face éclairée n'est pas visible de la terre, c'est ce que l'on appelle la nouvelle lune qui est représentée par un disque noir. Puis en tournant autour de la terre, la lune va laisser apparaître un croissant lumineux qui va augmenter petit à petit jusqu'à devenir lumineux plein, c'est la pleine lune.

                     Lorsque l'on observe la lune dans l'hémisphère Nord, quand on peut dessiner soit un "p", soit un "d" avec une barre imaginaire on dit que:

  • La lune est croissante quand la barre est située à gauche, elle représente un p
  • La lune est décroissante quand la barre est située à droite, elle  représente un d

Lune montante descendante

                    Les anciens voyaient la lune formant un couple avec le soleil, elle a joué un rôle important dans toutes les mythologies, ces cycles souvent en relation avec l'idée de la fécondation, mythes ancestraux, à la lune rousse rien ne pousse, mais encore, la lune lave plus blanc, la relation de la femme et de la lune, et dans les expressions, être dans la lune, être lunatique. N'est elle pas un astre mystérieux!

Couleur des lunes traditionnelles

                     N'oublions pas que la lune a défini les dates de constructions de nos édifices religieux:

  • La lune est associée au temps, elle est le rétroviseur du soleil, elle est le symbole des apparences.
  • Le soleil est associé à l'espace.

                     Durant le moyen Âge, la lune occupait parmi les astres une relation privilégiée car c'est d'après ses cycles  que l'on mesurait  le temps et déterminait les principales lois de la nature, naissance, croissance et mort. La lune gouverne tous les cycles naturels liés à l'eau, de la pluie aux marées, de la gestation à l'accouchement. Elle est le second des grands luminaires elle incarne le principe féminin qui anime l'univers. Elle préside à l'humeur flegmatique, physiologique et émotive. N'oublions pas que la lune lors de sa phase ascendante, va tirer toutes les énergies pour atteindre son trop plein énergétique le jour de la pleine lune, et inversement ces mêmes énergies décroîtront en lune descendante. La lune qui n'est que le rétroviseur du soleil n'est elle pas là pour nous montrer notre chemin et pour nous rappeler notre état, celui du moment, pour suivre le chemin de la transformation. On comprend mieux pourquoi les constructeurs, ceux de nos chapelles on choisit de placer la zone baptistaire dans la partie lunaire de l'église, partie froide, sombre et humide, mais avant tout elle est là pour nous montrer le chemin de la transformation et d'appartenance pour accéder à la connaissance du divin, la maison de dieu, le baptême est la pour nous conduire à l'élan et l'éveil spirituel donc signe de changement d'état.

                      Elle est associée au métal argent de par sa couleur et se trouve en relation avec l'organe l'utérus. Le jour de la semaine que l'on lui attribue est le lundi. Mais encore, en fonction de sa couleur, de sa brillance et de sa position, ces différents états étaient considérés comme des signes prémonitoires, elle apparaît, disparaît et se représente sous différentes formes. La lune est depuis toujours considérée comme à l'origine de nombreux phénomènes psychiques comme par exemples la folie hystérique et lunatique.        

 

IMG_4927

Posté par Lieuxdenergies à 10:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,


20-10-18

Cromlech Reaup Lisse 47170

Cromlech Reaup Lisse cours quadrilataire

                                     

Légende: Le plan représente les réseaux aquifères (veine d'eau) ainsi que les réseaux géomagnétiques (réseau solaire) en fonction du quadrilatère solsticial (orange) par rapport au lieu et lever du soleil . On constate que le quadrilatère est orienté dans une direction précise Est/Ouest, donc à l'équinox. Ces directions sont généralement en rapport avec le soleil ou avec la lune.  En noir, les pierres plantées de chant entourant cette tombe circulaire de type tumulus (âge de fer) dont la stucture s'est effacée au fil des millénaires. On peut remarquer que les neufs pierres s'inscrivent dans le quadrilatère du lieu. En marron une cheminée cosmo-tellurique (rond de la sorcière)  marque le sol faisant fuir la végétion.

                                     En suivant les perceptions et connaissances ancestrales il apparait comme une évidence que les réseaux sont à l'origine de véritables flux d'énergies. Les courants sont invisibles dans l'état ordinaire de conscience, mais on peut les percevoir dans des états de conscience élargie. Les sensations corporelles peuvent se manifester par une approche "radiesthésique"

Représentation cromlech Reaup Lisse

                                                                 " Las naou pèyros" vers 1813

                               Cette nature, riche de sa propre vie aux détails inépuisables, désignant tour à tour un semblant de chemin, au loin, un bouquet d'arbres, aux diversités d'essences variées, pins, chênes lièges, sont probablement les restes d'un peuplement ancien de ce lieu. 

 

 

                                                     IMG_2020

                                     En approchant le lieu, il tend à écraser le temps en l'absorbant, pour laisser découvrir une forme ronde, monde imaginaire qu'il constitue en déployant sa perspective sur un axe imaginaire pour nous laisser découvrir un cercle de pierres, les neuf pierres. Ce lieu sans attrait apparent, isolé devient un lieu mystérieux où il abrite ses secrets sur le monde extérieur. Végétation fuyante, des arbres repoussés vers l'extérieur de son centre, comme une appropriation de cet espace, le vide pour nouer une étrange relation avec ce cercle à l'apparence d'un lien nourricier, signe d'une attention de la nature, "le rond de la sorcière".

DSC_9255

                                    La nature de par ces éléments du lieu semble amplifier la dynamique provoquée par sa forme ronde, mais n'est-il pas là pour représenter et faire ressentir un rapport émotionnel "la limite opposée à l'existence". Cette entité, marque l'espace de l'empreinte d'une présence cachée mais localisable. 

DSC_9260   DSC_9257

                                    Ce lieu de la nature est une véritable redécouverte, alors que l'ignorance populaire l'attribue au diable et à l'enfer, il est, pourtant le dissimulant de notre monde. Né de l'instauration d'une culture, passant d'un état visible à l'invisible, cet envers secret du monde est le reflet d'une veine d'eau qui traverse le rond de la sorcière, dans cette action elle est comme un miroir, qui permet de traverser le monde des apparences matériels pour laisser place à un lieu caché tout en ayant une signification de la mort et du temps qui s'écoule.

 Histoires et légendes (extraits bulletin de la société Préhistorique Française)

                                    Le cercle de pierres des Naous Peyros est certainement celui sur lequel le plus d'histoires et de légendes ont couru. Selon une tradition orale, le lieu était parfois nommé "Les Pierres de Diable". L'endroit aurait, en effet attiré les sorcières aux moments des sabbats, ces messes sataniques célébrées aux solstices d'été et d'hiver.  Une autre histoire fantastique prétendait que les pierres recelaient un trésor gardé par un gigantesque serpent ...etc

                                    Une derniere histoire mêlait pour sa part les deux précédentes. Au centre du monument reposait un trésor accessible seulement deux fois par an, lors des sabbats, à l'aube. La mort frappait, soi-disant, les curieux en quête de richesse en dehors de ce laps de temps. Or au XVIII siècle, à en croire les gens du pays, un berger de Sos-en-Albret courut le risque. Au milieu de la nuit, ce dernier attendit, camouflé sous un chêne tout proche du lieu "diabolique", la fin de la cérémonie. Pour son grand malheur, les sorcières, lui ingurgitèrent une infâme mixture et l'épuisèrent d'exploits amoureux. Le lendemain, on découvrit son corps, sans vie, portant des traits d'un vieillard.  

30-09-18

La Passiflore, Fleur de la Passion

 

La Passifore, Fleur de la Passion 

Cadeau qui nous vient du lointain empire Aztèques, la passiflore semble être la plante dont notre civilisation a le plus grand besoin.



Passiflore

Sa légende construite par le moine Jacomo BOSIO en 1609, et appuyée par l'imagination populaire lui attribut la symbolique des divers instruments de la Passion du Christ ...

Les filaments au centre : la couronne d'épines au 72 épines 

Les 3 styles, le pistil : les 3 clous pour la crucifixion 

Les 5 étamines: les 5 plaies ...

D' où son nom "Fleur de la Passion " 

Ses propriétés, elles,  ne sont pas une légende ...

Introduite en Europe au XVII ème siècle,elle entra rapidement  dans la pharmacopée comme antispasmodique de choix. 

la plante renferme des flavanoïdes, des acides-phénols, des coumarines, une essence aromatique, des hétérosides cyanogénétiques, du maltol et des alcaloïdes indoliques, son effet anxiolytique semble toutefois dû à une benzoflavone.

Elles est préconisée pour combattre l'insommie chaque fois " que l'obstacle au sommeil est dû à l'excitation cérébrale " 

Ses effets antispasmodiques sont utiles dans l'asthmes, l'hypertension, les palpitations et les crampes musculaires. 

Après, ces propriétés réelles et à la vue de cette photo, n'y a t il pas des analogies avec le Vitruve de Léonard de Vinci ?

L'homme debout relié au cercle Ciel et au carré Terre, 

Les filaments de la Passiflore forment comme un écrin circulaire au milieu duquel se positionne les 5 étamines que l'on peut relier en formant une étoile à 5 branches et par-dessus comme posé et rélié par le chakra racine notre petit bonhomme les 3 styles ...  

Le chiffre 5 représente l'homme, le haut du 5 relié au Ciel et la courbe du 5 à la Terre Mère ... 

5 étamines + 3 styles qui forment le coeur de la fleur font la somme de 8, le 8 chiffre tout en rondeur ayant trouvé le juste équilibre entre le Ciel et la Terre ... 

Voilà ce que m'inspire une passiflore sur ma claustra ...

Posté par Lieuxdenergies à 18:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

11-04-18

Jardin clos

                    Ce n'est qu'avec la règle de Saint Benoit, qu'apparaîtront les mots "Ora et Labora", prie et travaille, et c'est ainsi qu'à la fin du VI eme siècle, les jardins des monastères seront créés. Les jardins de monastères avaient plusieurs fonctions:

  • L'Hortus, le jardin potager
  • L'Herbularius, le jardin des simples, plantes médicinales
  • Le Viridarium, le verger
  • Le Bouquetier, le jardin des fleurs

Jardin clos, jardin du cloître:

      Sans titre

 

        D'inspiration monastique, ces jardins étaient conçus dans leur forme, possédant un espace bien défini et ordonné. Discret et secret, aux lignes épurées, ils étaient le miroir d'un microcosme pour que l'âme monastique puisse se retirer dans la méditation afin d'échapper aux souillures du monde extérieur.

 

        Le premier référent pour la création d'un jardin est l'eau, élément central du jardin autour duquel, des tracés vont associer des figures géométriques, droites, rectangles, carrés, cercles, toutes ces formes composées animent l'ensemble du jardin et constituent les éléments de base au recueillement spirituel L'eau: la pureté, le cercle: le monde céleste, la création, le carré: le monde matériel, le monde terrestre. 

Jardin Cathédrale St Etienne de Cahors Jardin église Notre Dame de Marmande   

Le plan qui combine le carré, est découpé par des allées perpendiculaires entre elles laissent apparaître la croix

 Jardin Clos

  

 

 

 

 

  

Posté par Lieuxdenergies à 10:20 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,

18-02-18

Eglise Saint Pierre de Monbos Thènac 24240

 Lecture des chapiteaux de l'Eglise de Monbos

IMG_6315

                   Cette église qui fait le charme de cette campagne,  implantée  sur un versant naturel, pour ne pas dire sur un semblant de promontoire, seule, isolée, presque perdue, elle est en ce lieu pour laisser place à la maison de Dieu. Avait-elle récupérée cet endroit pour certaines raisons, selon des légendes, elle serait implantée à la croisée de certaines énergies mystérieuses mais encore plus elle était aussi, celle qui donnait une issue favorable aux problèmes d'infertilité.  

                    On retrouve l’existence de cette chapelle dans une charte issue du cartulaire de Cadouin, suivant le texte, il est mentionné la donation de Boson, comte de Grignols et de tous ses biens périgourdins aux moines de Cadouin. La donation a lieu en 1135 dans l’église de Monbos en présence également d’Audebert, frère de Boson et seigneur de Puyguillem. Malgré son appartenance au monastère de Cadouin et sans doute aussi du fait de son emplacement stratégique entre vallée du Dropt et de la Dordogne, cette petite église eût à souffrir des guerres de religions, huguenots et catholiques, aux invasions barbares. Elle subît plusieurs remaniements………… (Information d’après la thèse de Florence Vachia sur les églises médiévales du Canton de Sigoulès).

 

                   Chaque détail, chaque forme de la construction anime une symbolique, cette chapelle, est  placée dans une direction cosmique, tel que le voulait la liturgie de l’époque. Le principe de l’orientation était fondée sur la lumière, orientation choisie entre le solstice d’été et le solstice d’hiver, le soleil se levant à l'est, il est celui qui triomphe de la nuit, celui qui donne la lumière sur toutes choses, il est aussi la force rassemblant, point de rencontre entre Dieu et l’homme.  Mais n’est- il pas plus !  Le plan de cet édifice est fondé entre différents états, le lieu et  la relation au lieu, il doit repousser ou attirer, afin que l’âme pèlerine découvre, dimensions, formes  et  représentations,   pour le conduire dans le mystère  divin afin de pouvoir s’ouvrir à l’éveil spirituel à travers le symbole. La symbolique de la lumière de Saint Pierre de Monbos est  une notion, associant deux éléments, dont l’un est physique,  la lumière, et le second  étant spirituel, croire, d’ailleurs souvent interprété, lumières/ ténèbres.  

                                          

                 Eglise Saint Pierre de Monbos Thénac 24240 réseaux géomagnétiques         Eglise Saint Pierre de Monbos Thénac 24240 parcourt énergétique       Eglise Saint Pierre de Monbos Thénac 24240 Plan bioénergie

                                                                   Quadrilataire du lieu 

                                                                                                      

                

                                           IMG_6356

                   Les arcatures reposent sur des chapiteaux historiés, l’ensemble couronné par une frise sculptée. Riche d’enseignements, dans  un monde sensible aux apparences, le sculpteur de l’époque, a livré une thématique, simple, naïve, en  mêlant, imaginaire et réel, créant un facteur d’enseignement religieux à travers un livre de pierre. L’attrait principale est formé de quatre chapiteaux, historiés, placés dans le cœur, cet ensemble sculpté est la représentation même du changement d’état, le bien et le mal, il est représenté sous différentes formes en utilisant des scènes de la vie de tous les jours, ils sont là pour vous rappeler  votre propre cheminement intérieur pour accéder à la vie divine. 

                          

                    Le chapiteau est le représentant d’un microcosme, formant trois parties bien distinctes, le monde inférieur, le monde terrestre et le monde céleste, dans lequel il y aura exagérément  réparties des scènes de façons troublantes, qui interpellent le questionnement. Associés dans ce microcosme, des éléments empruntés à la nature, se mêlent, hommes, végétaux et animalité, constituent des signes perçus comme de multiple figures du mal, l’animal représenté, opposé à l’homme est une créature  imparfaite, les oiseaux, eux sont le lien entre la terre et le ciel, l’homme représenté nu est un symbole de pureté….etc. Association  de mystères, ces données spirituelles donnent un grand pouvoir symbolique de la vision du bien et du mal, la vision de l’après, celui du paradis. Un symbole est là pour vous questionner, pour ouvrir votre propre conscience. L’imagier de l’époque a donc inscrit une thématique bien ordonnée dans le système solaire du lieu, instrument permettant d’illustrer la Création et de comprendre le parcours de l’homme à travers le temps. Chargé de métaphores, ces chapiteaux nous livrent  tous les sens de l’écriture, avec des enseignements, des mises en garde et des promesses,….etc. La mise en évidence des attributs féminins nous renseigne de la prééminence de la symbolique de la féminité, représentation des seins, des cheveux et du pubis. Elle incarne la féminité, la procréation mais aussi la fonction d'une épouse. Il est fort probable que la représentation soit à situer dans une continuité d'une ancienne croyance celtique, culture éloignée du contexte rural ou l'on peut supposer une superposition d'un culte chrétien à celui d'un culte paîen. N'oublions pas que les animaux sont aussi prédominant et ils constituent un des thèmes majeurs de l'art celtique dont ils étaient représentés de profil et les humains et divinités de face. On peut imaginer que le thème majeur représentait soit celui d'un dieu à la fois masculin et féminin ou celui d'une déesse associée à un dieu que l'on retrouve dans toute sa nudité sur le chapiteau deux et trois.

 chapiteaux 1

IMG_6322IMG_6323

 

     

Chapiteau 1 lecture :

  • Parlant : Sur la base de l’astragale, une femme nue, laissant apparaître ses formes, debout, les bras écartés, tenant fermement de sa main droite un animal au collet et de  sa main gauche brandissant une massue. Sur la partie centrale du chapiteau, on devine un serpent frayant,  formant un enroulement. Au centre, une feuille, au pétiole tourné vers le bas semble tomber sur le serpent. Au-dessus, sur la partie haute du chapiteau, deux têtes s’opposant dont les mains sont déployées l’une vers la nef, l’autre vers le chœur. Sur la partie intérieure du chapiteau, au sol, un hérisson  fuyant la scène, et juste au- dessus de lui, un animal fantastique sur-dimensionné à la queue segmentée, brisée. Sur la partie tailloir, sur chaque côté,  un homme et une femme enlacés dans une posture très explicite.
  • Signifiant, cachant :     Le monde terrestre : la nudité est imagée par cette femme nue, symbole de pureté, brandissant  un bâton, s’opposant et maîtrisant de sa main ferme, les intrus soumis à la tentation, aux péchés, pour les chasser de ce monde, une feuille, virevoltant, montrant sa chute, comme pour nous rappeler le pécher originel, un animal aux formes disproportionné à la queue fragmentée , cassée, pour nous enseigner toute la difficulté pour entrer et trouver sa place dans la maison de Dieu, un serpent frayant, laissant apparaître sa tête en regardant en direction de la nef, il est celui qui a imprégné le cœur d’Eve du péché de la tentation, mais il est aussi celui qui se glisse dans les méandres de la terre, il devient celui qui engloutit les âmes des pécheurs pour les livrer à la damnation éternelle, un hérisson de par sa plénitude naturel fuyant cette scène, restant lui-même en marchant en direction du cœur. Monde céleste, un couple nu, copulant, pour nous faire parvenir un message d’amour, aimez-vous les uns les autres, et non pas le rapport sexué, un visage d’où sort un bras avec une main repoussant toutes formes de mauvaises pensées. Le monde inférieur, représenté sur les bases de l’astragale représente le monde d’en dessous, le monde de la matière, le tellurisme. 

   Chapiteau 2

                                   IMG_6326 noir

  

Chapiteau 2 lecture :

  • Parlant : Un homme debout,nu, regardant du côté de la nef, tient de sa main droite un olifant qu’il porte à sa bouche et de sa main gauche il tient une massue.Sur sa droite, deux animaux à quatre pattes s’opposent et donnent l’impression de s’élever. Juste au-dessus sur l’astragale deux têtes dont sur l’une d’elles une main vient se poser. Sur la face avant, trois grosses feuilles aux longues tiges se croisant et rejoignant l’astragale. Un petit animal à quatre pattes fixé sur l’astragale. Au-dessus, sur la partie tailloir, une tête représentative d’un humain tient dans sa main gauche la tige d’une fleur en direction du chœur.Sur la partie intérieure, un animal,pouvant ressembler à un cerf les deux pattes arrières posées sur l’astragale et les pattes avant posées sur l’une des feuilles. Juste au-dessus de lui,se trouve un petit animal, un lapin .Sur la partie tailloir, une tête regarde en direction du chœur.   
  • Signifiant, cachant : Le mode terrestre : un homme nu symbole de pureté, souffle dans un olifant pour appeler des fidèles, il tient dans sa main droite un bâton pour chasser les impurs, un monde végétale luxuriant, s’entrecroise, s'élève,  un animal à corne, prend appui sur des feuilles et sur son dos un oiseau  posé semble nous montrer  le changement d’état,  celui de l’élévation. Le monde céleste : La tête ou les têtes sont là pour nous inviter, nous soumettre à la pensée divine, cette main vient nous inviter à écouter la parole de dieu.

Chapiteau 3

                                          IMG_6544

 

  

 Chapiteau 3 lecture :

  • Parlant : Un homme,nu, debout, posé sur sa main droite un oiseau, certainement un faucon,  dans sa main gauche tenant un oiseau par les pattes, la tête en bas,sans doute une prise de chasse, un petit animal posé au sol.Sur la partie tailloir, un animal fantastique, à l’oeil démesuré. Au centre du chapiteau, plusieurs représentations naïves d’oiseaux, où l’on peut deviner une chouette, un coq….,etc , tous imbriqués les uns les autres.Et au-dessus, une représentations de fleurs s’opposant, toutes les deux liées par la même tige.Sur la partie, côté nef, un animal à quatre pattes avec deux yeux regardant vers le chœur porte sur son dos un petit animal.Sur la partie haute, un animal se retournant et regardant derrière lui .
  • Signifiant, cachant : Monde terrestre : Chasse au faucon, très pratiquée au Moyen Âge, l’imagier, mêlant mystique et onirisme, utilise  une iconographie variée,opposant quadrupèdes et oiseaux. Tous ces animaux imbriqués les uns les autres,représentent l’humain sous toutes ces formes et sous tous ses états, le fauconnier pratiquant la chasse,  son arme favorite pour chasser les mauvais. Monde céleste: A travers ces représentations, monde animal et végétal, il nous est rappelé que nous pouvons tous y accéder.

                                             Chapiteau 4                            

IMG_6337   IMG_6339

 Chapiteau 4 lecture :

  • Parlant : Un oiseau, au sol, sur son dos un chevreuil tous deux regardant vers la nef.Sur la partie astragale, deux fleurs dont les pétioles se rejoignent.Sur la partie centrale du chapiteau,deux grandes feuilles se déploient dont les tiges viennent parcourir le sol.Sur le haut, une tête humaine semblant repousser avec force une autre tête sur la partie nef, de chaque côté de cette représentation à gauche une fleur étant arrivé à maturation pétales déployées et à sa droite une fleur à demi-fleurie.Du côté intérieur, une petite tête humaine, sur sa droite un oiseau sur-dimensionné par rapport à celle-ci portant sur son dos un animal à quatres pattes. Sur la partie astragale, deux fleurs reliées entre elles.
  • Signifiant, cachant : Monde terrestre : Ce chapiteau est le symbole du paradis dont il est la représentation sculptée, il incarne des états spirituels correspondant au séjour paradisiaque de l’homme, il est aussi le point de communication entre la terre et le ciel.

 IMG_6392 IMG_6405 IMG_6357 IMG_6346

IMG_6397 IMG_6402 IMG_6331 IMG_6345

08-08-17

Les chats de la Romieu

 IMG_0873  IMG_0874

                    La Romieu,  est une petite ville du Gers dans le Sud-Ouest, sur le chemin des pèlerins se rendant à Saint-Jacques de Compostelle. Ses maisons entourent la collégiale et son cloitre. Sur les facades  et parfois jusqu’à  des endroits inattendus d’expressives sculptures de chats vous guettent, vous observent ou semblent vouloir jouer … Les chats de La Romieu  illustrent  une bien jolie légende mais pas seulement …

                  
IMG_0871  IMG_0823

                     Au Moyen-Age, le chat n'était pas l'animal de compagnie que nous connaissons qui ronronne sur nos genoux ou dors sur nos papiers, nous regarde énigmatique. Dans le bestiaire médiéval, il apparait comme le "Musio" celui qui chasse la souris "Mus" en latin. On le dit fils de la lune, en Grèce et à Rome, il était associé au culte de Diane, divinité lunaire, car Diane, déesse de la chasse, pour échapper à Typhon, le terrible géant à cent têtes se dissimule sous l'aspect d'une chatte. Il porte en lui les secrets de la nuit. Il est le compagnon des sorcières et des femmes en général. 

IMG_0869  IMG_0833

                        Le Moyen-Age, est une période tourmentée, de part les grandes guerres, les famines, les épidémies de peste, la peur de la mort, la psychose de l’Enfer, l’emprise de l’Eglise et ses dogmes.  A l’Inquisition, des procès de chats eurent lieus, ils étaient érigés en victime expiatoire pour le rachat et le salut de l’âme. C’est après la grande épidémie de peste de 1347 où le chat fut utilisé pour ses capacités de chasseurs de souris et de rats porteurs de la terrible maladie, qu’il est entré dans nos maisons et par certains côtés est  devenu dans la vie quotidienne l’animal familier que nous côtoyons.

IMG_0834  IMG_0835

IMG_0836  IMG_0879

             Aussi  harmonieux que subtil, le chat porte en lui de nombreux secrets de la nuit. En présence de nombreuses phobies il est le familier des endroits inaccessibles. Ces pupilles elliptiques se rétractent pour lui laisser sa propre vision diurne, son caractère  prédateur, aux comportements complexes, ses excès le font entrer dans une autre dimension, dans une autre perception,  il se retrouve dans sa propre vision lui permettant  de traverser les  couches éthériques. Aux aguets les yeux fixes, Il se manifeste par un temps d’arrêt, les poils droits il souffle, après cette chose entité !                                                                                   

IMG_0876  IMG_0877

               Ces chats revisitent l’histoire de l’art en sculpture, laissons place à la légende des Chats de la Romieu, les sauveurs de la peste noire et de la famine.

IMG_0838  IMG_0839 

IMG_0883