hysope officinale 

L'Hysope 

 

                           Elle doit son nom aux Hébreux – ils l’appelaient  Ezôb  (sacrée ). Elle entre dans l’eau de purification telle que l’Eternel en a dicté la recette à Moïse (Nombres ), elle fait partie du rituel de purification, pour l’aspersion on attachait 3 rameaux d’hysope à un bâton de cèdre ou de genévrier avec un fil écarlate de façon à former un petit balai ou aspersoir que l’on nommait l’hysope. C’est à l’hysope que les soldats fixèrent l’éponge imbibée de vinaigre qu’ils tendirent à Jésus mourant ( Evangile selon St Luc ). Le Roi Salomon dit «  Lave moi avec l’hysope et je serai net. », il employait les parties vertes de cette plante pour se purifier contre la lèpre.

                           La plante dégage une odeur aromatique rappelant, en un peu plus camphré, celle de la sariette et du romarin. Elle appartient à la même famille que l’origan et la marjolaine. Elle fut très employée au Moyen-Age, ses feuilles hachées comme le persil et le cerfeuil apportaient leur saveur piquante aux soupes, rôts et farces. Comme Hippocrate,  Hildegarde de Bingen qui ajoutait de la réglisse et de la cannelle, la prescrivait en tisane  pour désengorger  le foie et les poumons, soigner la pleurésie et la bronchite.

  Sources :  « Nos grand-mères savaient »  La vérité sur les plantes et la vie naturelle  Jean Palaiseul, Les plantes de la Bible et leur Symbolique  Christophe Bourreux